PSA La Janais-Rennes

Publié le par rennespaix

Communiqué du Comité de Rennes du Mouvement de la Paix

«Les suppressions d’emplois chez PSA sont la conséquence d’une véritable guerre économique conduite par des puissances financières qui privilégient la rentabilité financière au détriment des hommes. Le projet de supprimer 8000 emplois dont 1400 à Rennes démontre les liens entre la mondialisation économique et les questions de la paix et du désarmement nucléaire. En effet le rapprochement avec Général Motors, en début d’année, a induit la soumission de PSA aux injonctions américaines à travers un embargo de fait sur les ventes de voitures à l'Iran avec 450,000 véhicules vendus en moins par an soit une diminution de 12.67% des ventes totales de PSA.

Or, la solution pour empêcher l’Iran d’acquérir la bombe résidant dans la mise en œuvre du désarmement nucléaire prévu par le droit international et en particulier par l’Article 6 du TNP, nous sommes en droit de nous demander si les travailleurs de PSA ne sont pas pour une part les victimes collatérales du non-respect du droit international par les puissances nucléaires dont les USA et la France? En effet les pays dotés de l’arme nucléaire non seulement ne mettent pas en œuvre les textes qu’ils ont signés mais alimentent la course aux armements nucléaires en procédant à la modernisation de leurs arsenaux nucléaires.

Dans ce contexte ne peut on peut s’interroger sur l’utilité que la France dépense annuellement 42 milliards d’euros (dont 4 milliards pour de nouvelles armes nucléaires en violation du TNP) pour des dépenses militaires supposées assurer sa sécurité et sa souveraineté si c’est General Motors qui indirectement décide de la politique internationale de la République française et de sa politique économique?

Le Comité de Rennes du Mouvement de la paix apporte tout son soutien aux salariés de PSA, victimes d’une violence sociale et économique inadmissible et qui, en défendant leurs emplois, défendent aussi l’indépendance économique et politique de la France.»

Rennes, le 15 juillet 2012

Commenter cet article